NOYZIN
Image default
Analyse

Ben Howard aurait-il perdu son mojo ?

Ben Howard aurait-il perdu son mojo ? Une question qu’on peut se poser légitimement tant les avis et reviews de ses concerts deviennent négatives. En quelques clics, sur la page Facebook de l’artiste, on découvre le désarroi de son public, la tristesse de fans déçus par les derniers concerts du musicien Anglais.
Pourtant, tout avait si bien commencé pour Ben Howard. Every Kingdom , son premier album, reçoit en 2011 un excellent accueil public et critique, décrochant 2 Brit Awards et une nomination au Mercury Prize. Every Kindom condense un paquet d’influences allant de John Smith  à John Martyn, pour ne citer qu’eux. Les 10 pistes de l’album jonglent entre folk rythmée et touchante de mélancolie avec des titres devenus emblématiques. La route des festivals est ouverte et Ben Howard s’y plonge à corps perdu. Un nouvel EP The Burgh Island viendra également récomposer les fans en 2012. Les concerts sont pleins à craquer et le public ravis de découvrir un Ben Howard tout sourire, chaleureux bien que toujours un peu reservé.

Vidéo : En 2012, avec le clip de Only Love, on découvre un jeune Ben Howard plein d’énergie avec qui on aurait envie d’aller en vacances pour faire du surf. Oui. 

En 2014 cependant, avec la sortie de I Forget Where We Were Ben Howard change radicalement d’orientation musicale, délaissant grandement la guitare acoustique au profit de la guitare électrique et les morceaux folk un poil dansant pour des titres hypnotiques et planants. Le public est toujours au rendez-vous, attendant ce nouvel album comme le messie, même si certains regrettent le changement de musicalité. Le souci viendra de la scène, sur laquelle plus de musiciens, plus d’instruments font leur apparition. L’ambiance intimiste et chaleureuse est remplacée par un show milimétré où seules quelques fulgurances viennent réellement réveiller le public des grandes salles et festivals. Quelques critiques émanent, sur l’attitude de Ben, devenu bien plus distant avec son public, moins souriant et surtout moins impliqué lors de ses prestations scéniques.

Il faudra attendre Noonday Dream en 2018 et la nouvelle tournée pour comprendre que le nouveau caractère du musicien de 31 ans n’est pas qu’une passade. Non seulement Ben Howard propose son album le moins abouti, mais son caractère ne s’améliore pas, les témoignages s’accumulent, parlant d’un musicien qui ne s’intéresse absolument plus à son public et qui joue ses concerts seulement pour lui-même. Sa tournée anglaise de ses dernieres semaines semble tenir de la débâcle. Des salles se vident à la moitié du concert, les fans quittant les lieux pour protester contre un concert qui ne leur semble finalement pas adressé et face à un son que beaucoup diront honteux pour un artiste de cette trempe. Les fans de la première heure crient leur déception de voir absolument tous les anciens morceaux disparaitre de la setlist et les curieux finissent par parler entre eux tant l’ennui est présent durant le concert.

Peut être aussi que Ben Howard s’est sorti de cet aspect “grand public” que pouvait porter son premier album, pour aujourd’hui s’amuser de ses titres à rallonges et ses ambiances planantes. Il est objectivement bien plus dure, pour une oreille formatée à la musique populaire, de s’attarder sur un titre comme Nica Libres At Dusk plutôt qu’à la sonorité de surfeur pop que pouvait dégager Only Love en 2011.

Vidéo : A Brixton, Ben Howard délivre une version de Black Flies somnolente et sans âme. Loin de ses anciennes performances et certains diront que ce fut le meilleur morceau du set…c’est dire. 

Le public français n’aura lui absolument pas l’occasion de se faire une idée, puisque le concert parisien de l’artiste de ce soir a tout bonnement été annulé. La seule date française aura été l’occasion pour Ben de renouer avec sa malchance parisienne, puisque pour la 2e fois, le musicien doit annuler son passage dans la capitale. Malheureusement, ici l’information n’est tombée que quelques minutes avant l’ouverture des portes. En cause, le plafond du Grand Rex qui aurait décidé de dégringoler sur la tête des musiciens. Des conditions de jeu totalement intenables que les fans français de l’artiste ont beaucoup de mal à accepter. Entre ceux qui ont fait 3 heures de route et réservé un hôtel pour la nuit et ceux qui, pour la 2e fois, se retrouvent avec un concert annulé, la pilule est dure à avaler. Beaucoup l’annoncent, ils ne reviendront pas une 3e fois et les derniers avis sur les concerts de l’artiste ne devraient pas les convaincre de changer d’avis.

Une malchance qui ternie encore plus l’image de notre Ben Howard qui semble de plus en plus en difficulté face à ses fans. On peut également se demander si le musicien osera revenir sur Paris à nouveau tant la capitale semble lui porter la poisse. La poisse, ou peut être que oui, Ben Howard a tout simplement perdu son mojo…

Comments

comments

Articles Similaires

Mais sinon, on écoute quoi en Russie ?

Monsieur Noun

Strasbourg et ses bars-concerts

Monsieur Noun

Chester Bennington – Tout feu, tout flamme

Monsieur Noun