NOYZIN
Image default
Chroniques

Voyage Gallois avec Birthplace de Novo Amor

Il faut le dire, quand on lance un disque de Novo Amor, on peut avoir l’impression d’avoir lancé un disque de Bon Iver. C’est le cas ici avec les premières notes d’Emigrate, titre d’ouverture. Depuis 2015, Novo Amor propose des titres minimalistes, menée par une voix claire et aiguë qui rappelle forcément celles de Justin Vernon ou d’Ásgeir . Si on ne s’arrête pas à ce point en criant au doppleganger musical, Birthplace est un beau petit album de 10 pistes pour 33 minutes de musique. Minimaliste et flirtant souvent avec le vide, Birthplace se veut optimisé au maximum dans son songwritting comme dans la production. On se retrouve ainsi face à 9 titres parfaitement maitrisés et un interlude un poil inutile avec 13494 qui tente de donner de l’air là où le vide est déjà roi. Malheureusement pour le jeune Gallois Novo Amor tout semble avoir un air de déjà-vu. L’album s’écoute avec plaisir, les morceaux s’enchainent facilement, dévoilant de magnifiques refrains, par là, des cuivres et des cordes donnant un côté épique à quelques passages mais la voix comme les compositions ne peuvent que faire penser à Asgeir et on pourrait, lors d’un blind-test, facilement confondre les deux. Il reste que, objectivement, Birthplace est un album magnifique, un beau voyage planant vers les grands espaces, les forêts de pins et les falaises en bord de mer. Ne réduisons pas Novo Amor à une simple copie, l’important reste que Birthplace soit un album somptueux.

Comments

comments

Articles Similaires

Pink Air, la vie en rose selon Elysian Fields

Monsieur Noun

Aleska – The Waiting

Monsieur Noun

Jonathan Davis – Black Labyrinth

Monsieur Noun