NOYZIN
Image default
Chroniques

“Damaged Coda” retour aux origines pour Peace Me Off

Après un changement majeur de line-up l’année passée, Peace Me Off à fait le choix radical d’un reboot pur et simple du groupe. Un choix déjà payant puisque le groupe vient d’annoncer une première tournée passant par l’Espagne et la France. Le nouvel EP, Damaged Coda se veut le témoignage de ce grand changement puisque au-délà du line-up, c’est l’ensemble de l’univers et la sonorité de Peace Me Off qui a subit un relooking digne de nouveau look pour une nouvelle vie. Au final, c’est bien de cela qu’il semble question, reprendre l’aventure depuis le début, en gardant l’expérience d’un premier EP désormais rangé au placard. L’exercice était culotté : faire un pied-de-nez aux fans de la première heure, aux programmateurs qui connaissaient déjà le groupe sous son ancienne forme est un pari dangereux. Mais ne le nions pas, ce nouveau Peace Me Off est tout simplement ce qu’il devait être. Les mêmes, mais différents, mais toujours les mêmes.
Damaged Coda propose 4 titres s’étalant sur 20 minutes captivantes durant lesquelles l’énergie d’un rock-indie flirte avec des influences post-rock, voir aussi punk-rock (My Own Shadow). Damaged Coda sent la sueur, celle des heures de répétitions à composer, décomposer et recomposer des titres. Il sent également la passion, une passion débordante, touchante et puissante. On est loin de l’ambiance légèrement bricolage du premier disque, ici, tout est à sa place, parfaitement maitrisé, on sent réellement la volonté de faire mieux : beaucoup mieux. Nul doute que l’on doit une partie de cette réussite au Kawati Studio de Strasbourg chargé de l’enregistrement de la galette. On retrouve d’ailleurs Jeremy Lemon derrière les manettes (en compagnie de Benjamin Moreau) mais également derrière le micro, en tant que chanteur de Yurodivy, sur le titre Like The Others Do. La voix, parlons-en d’ailleurs. Cette dernière, contrairement au premier disque semble ici emprunte de plus de liberté et de justesse. Peut-être simplement que l’évolution sonore de Peace Me Off convient davantage à la rage punk et grunge qui anime Geoffroy, meneur et chanteur du quatuor. Ne réduisons cependant pas le chant à cette simple rage. Concelead Coldness nous dévoile une sensibilité poignante en parfaite osmose avec la réécriture du titre qui, déjà marquant sur le premier EP, devient ici une conclusion tout simplement sublime.
Damaged Coda est un cocktail parfaitement réalisé où chaque influence, chaque ingrédient est parfaitement équilibré pour taper dans le mille et séduire large, tout en étant fidèle à l’univers du groupe. On en vient tout bonnement à regretter de ne pas avoir un album entre les mains pour en découvrir davantage.


Pour suivre Peace Me Off – FacebookSite Internet

Comments

comments

Articles Similaires

Expédition The Fold avec Karcius

Monsieur Noun

Scars on Broadway et la dictature de Daron Malakian

Monsieur Noun

Evisceral – Asylum

Monsieur Noun