NOYZIN
Image default
Interviews

“On est contents de rendre les gens contents” – Fatale interview avec les Fatals Picards !

Les Fatals Picards seront ce week-end en Alsace, au festival Summerlied. A cette occasion, nous avons eu le plaisir de papoter par téléphone avec Laurent Honel, guitariste des Fatals, pour revenir, notamment, sur les 20 ans du groupe et parler du prochain disque à venir. 

Photo : Namas Photographie.

Vous prévoyez un nouvel album en 2019, le 9eme avec les Fatal Picards. Vous avez pu le réaliser grâce à un financement participatif, pourquoi être passé par un crowdfunding?  Est-ce que c’est une manière d’impliquer vos fans dans la réalisation du disque?

C’est une idée de Jean-Marc, le batteur, qui a connu ce nouveau moyen de financement il y a 4 ans. Nous sommes un groupe indépendant, du coup il y a quelques années on s’est dit que nous devions trouver une nouvelle solution de financement pour les disques, et vu que les seules personnes sur qui on a toujours pu compter depuis le début c’est notre public, c’est grâce à eux que nous en sommes là aujourd’hui. On s’est dit qu’on allait faire une pierre deux coups en demandant à notre public de participer au financement de l’album. C’est notre troisième campagne de crowdfunding et à chaque fois ça a été de francs succès, ça nous a donc permis de financer nos albums et de trouver un mode de financement qui nous correspond plutôt pas mal. Ça se passe entre le public et l’artiste et en ce qui nous concerne ça nous ressemble.

Vos morceaux sont plutôt engagés, défense de la planète, l’homophobie, la politique…quels sont les sujets que vous allez aborder dans votre prochain disque ?

Oui il y en a pleins ! C’est le principe dans le groupe, on essaie de trouver des sujets de société qui nous intéresse et d’en écrire des chansons. Sur le prochain album il y a une chanson qui s’intéresse à l’affaire Lafarge en Syrie, une autre sur les interdits alimentaires, sur le suicide dans le milieu paysan, celle-ci ne sera pas traitée avec humour parce que le sujet nous tenait vraiment à coeur, sur le couple et le temps qui passe. On a également fait un morceau sur les amours d’adolescence d’Angela Merkel, on s’est demandé comment une personne aussi désuxalisé pouvait vivre une histoire d’amour torride avec quelqu’un dans cette ambiance des deux Allemagnes d’avant 1989. Il y a aussi un morceau sur les fêtes médiévales, parce qu’il y en a beaucoup en France, donc on trouvait le sujet rigolo.

On vous a sans doute déjà beaucoup posé la question depuis 6 mois : est-ce que vous avez prévu de jouer le morceau “La mort de Johnny” notamment lors du festival Summerlied? Et comment vous vous sentez quand vous l’entendez et la jouer maintenant?

On avait arrêté de la jouer longtemps avant sa mort, tout simplement parce qu’on n’a pas mal de morceaux et donc sur scène on doit faire une sélection. On s’est refusé de la jouer au moment de sa mort parce qu’on ne voulait pas profiter de sa mort pour faire parler de nous. C’est une chanson qui a été écrite il y a 11 ans, Johnny Hallyday était en pleine forme, c’était juste un morceau pour se demander ce qui se passerait et finalement on a presque eu tout juste sauf pour l’Eglise. Mais il y a bien eu un défilé avec des motos par exemple, et ça a bien généré autant de ferveur que ce que l’on pensait. Mais ce qui est marrant c’est que maintenant les gens nous disent que le côté nostalgique transparaissait davantage que le côté ironique. On a notamment intéressé pas mal de médias qui ne parlent pas de nous habituellement et qui d’un coup étaient intéressés par les Fatal Picards.

Vous jouez souvent en Alsace avec un public toujours au rendez-vous. Qu’est-ce que vous pouvez nous dire sur le public Alsacien?

C’est une des régions où ça a le mieux marché tout de suite pour les Fatal Picards, il y a d’autres régions en France où c’était plus compliqué au début comme la Bretagne ou le Var. Mais dans l’Est ça s’est toujours bien passé. Je pense que c’est notamment grâce au fait qu’il y ait beaucoup de salles de concerts, d’événements et de festivals. Il a aussi une forte concentration de population de fans de rock, de punk et globalement de chansons engagées. On fait bien tourner l’économie locale au niveau consommation d’alcool et de spécialités gastronomiques, on adore toujours venir en Alsace !

Quels sont les disques que vous écoutez en tournée?

Wahou, il y en a beaucoup, ça part dans tous les sens on écoute vraiment de tout ! Je dirai que Paul, le chanteur il a toujours beaucoup écouté des groupes comme les Ramones, Guns’n’Roses. Yves, le bassiste c’est plutôt le rock et le heavy metal, Pantera et Queen of the Stone Age. Moi j’écoute beaucoup de tout, musique classique, musique du monde, chanson française. Pour Jean-Marc le batteur c’est vraiment plus chanson française. A nous tous je pense qu’on écoute de tout.

Est-ce que vous vous souvenez de votre premier concert? Est-ce que vous pouvez nous raconter?

C’était dans un bar qui s’appelait Kerozen Café, rue de la Roquette à Paris, il devait y avoir 12 personnes. On avait un lecteur CD parce qu’à l’époque on était que deux sur scène et on avait fait des plays-back ridicules, je lançais le lecteur CD pour les accompagnements. C’était assez pathétique et artisanal, mais il y avait déjà la touche Fatals Picards, le décalage, l’humour; c’est juste qu’on jouait beaucoup moins bien et qu’il y avait 12 personnes. Mais c’est la règle du jeu ! On est passé par toutes les étapes, personne ne peut nous reprocher d’avoir connu la gloire iméritée, parce que déjà la gloire c’est pas encore le cas et on monte l’échelle barreau par barreau et l’échelle est longue.

Vous vous voyez où dans 10 ans?

Si l’inspiration, la santé et l’amitié perdurent…et le public : au même endroit !  Avec toujours autant d’énergie, de nouvelles chansons. Si on peut continuer à installer notre petite marque sur le territoire musical français, nous ça nous ravis. Si on peut continuer de faire un métier où on est contents de rendre les gens contents, c’est cool quand même! 


Cette interview a été réalisée dans le cadre d’un focus sur le Festival Summerlied.
Retrouvez les Fatals Picards sur la scène du festival le vendredi 17 Août.
Toutes les informations sur le festival se trouvent : ICI 

Comments

comments

Articles Similaires

Rencontre avec Claire Faravarjoo

Monsieur Noun

Rencontre avec The One Armed Man

Monsieur Noun

Pause Interview pour Pause Kino

Monsieur Noun