NOYZIN
Image default
Interviews

“La musique est une si belle aventure” – Rencontre avec Chico & The Gypsies

Nous avons eu le plaisir de discuter avec Chico Bouchikhi, membre fondateur des Gypsy Kings. Un personnage très sympatique et simple qui pourtant affiche un nombre de concerts et de ventes de disques totalement fou au compteur. Après avoir connu un succès phénoménal avec les Gypsy Kings dans les années 80, c’est désormais avec Chico & The Gypsies que l’artiste arpente les routes depuis plus de 20 ans. 

Quel regard vous portez sur vos 40 ans de carrière et les millions d’albums vendus ?
Plutôt un regard sympathique au vu des années qui sont passées avec une aventure musicale extraordinaire, unique! Franchement, on se lève pas tous les matins en pensant à ça mais quand on nous le rappelle, ça fait plaisir, comme vous le faites (rires). C’est vrai qu’on y pense pas au quotidien, enfin moi je n’y pense pas. Parfois quand j’y pense et que je regarde un peu tout ça dans le rétroviseur, j’ai l’impression que c’est quelqu’un d’autre qui a vécu ça tellement c’est extraordinaire.

Cette année vous sortez un nouveau disque, vous pouvez nous en dire plus sur les morceaux ?
Oui, cette année on a décidé de reprendre certaines de anciennes chansons latines qui restent dans l’air du temps, d’ailleurs elles passent encore toutes à la radio, mais tout en les revisitant pour leur donner une trame vraiment gypsy. Je suis très heureux du résultat. Il y a Corazon qui est le titre de l’album de Maluma (artiste Colombien), il y a aussi un morceau de Stromae et un de Vianney. Ainsi qu’un morceau de Kendji Girac, on avait envie de travailler sur quelque chose avec lui parce qu’il a réussi à passer toutes les étapes de The Voice en chantant nos chansons donc on s’est dit que ça pouvait être sympathique qu’à notre tour on reprenne un de ses morceaux. Tous les morceaux du disque sont particuliers parce qu’ils sont interprétées de façon originales, on a la chance dans le groupe d’avoir plusieurs chanteurs donc chacun apporte sa patte au morceau. Je pense que le public va être surpris de certains morceaux. On a sorti plusieurs minis-clips ces dernières semaines qui annoncent l’album.

En quoi une sortie de disque en 2018 est différente des années 80 ?
Au niveau de la communication c’est très différent aujourd’hui avec internet, et il y a les classiques en 2018 comme en 1980 avec les passages à la radio et la télé. Au niveau des concerts, c’est toujours une énergie extraordinaire vu qu’on est 15 sur scène et le public est toujours au rendez-vous c’est incroyable!

Le public justement, est-t-il toujours le même qu’au premier jour ?
Il y a les anciens qui sont toujours là évidemment, mais petit à petit les plus jeunes sont venus grossir les rangs de notre public. Il y a vraiment toutes les générations. On a beaucoup de chance d’avoir une musique qui n’a pas de barrière d’âge, pas de barrière sociale, qui traverse toutes les générations et qui est internationale. On va d’ailleurs bientôt partir en Chine et au Japon, pour un groupe français c’est extraordinaire, donc on est super contents.

Est-ce que vous vous souvenez de votre tout premier concert ?
Oui, je m’en rappelle parce que c’était super beau et génial! C’était Enrico Macias qui nous avait invité en 1977 à la rejoindre à l’Olympia pendant 3 semaines. C’était extraordinaire parce qu’on chantait deux morceaux dans son spectacle, et quand on a vu le public en redemander chaque soir on s’est dit que c’est ce qu’on voulait faire, être sur scène et avoir un public qui partage nos chansons. C’est sûr qu’ensuite ça a été compliqué, on s’est retrouvé à jouer de nouveau sur la plage, mais on avait vu ce que notre carrière pouvait donner grâce aux concerts à l’Olympia et on a tout fait pour y arriver. Après ça je n’ai jamais lâché, même s’il y a eu des hauts et des bas, évidemment, mais ça a fini par payer.

Comment on fait pour tenir justement quand il y a des coups durs ?
En fait c’est pas compliqué : vous savez quand vous tombez, il suffit de prendre l’élan pour remonter! (rire) Vous savez une carrière est faite de hauts et de bas. Mais en même temps ce qui nous permet de profiter des bons moments ce sont les moments un peu compliqués que l’on a traversé. La musique est une si belle aventure. On oublie et on garde seulement les bons moments!

Quels sont les disques que vous écoutez quand vous êtes en tournée ?
Il y a plein de choses, ça va de Tina Turner, aux Rolling Stones, à Vianney ou Stromae. On écoute beaucoup de style différents, de la salsa à la musique classique. On aime tout ce qui est beau, on n’est pas compliqué ! (rire)

Vous vous voyez-où dans 10 ans ?
Peut-être au téléphone et vous allez m’appeler pour me demander ce qui s’est passé pendant 10 ans. (rire)
Non mais je ne sais pas. Vous savez ce qui est important c’est aujourd’hui et demain !

 


Cette interview a été réalisée dans le cadre d’un focus sur le Festival Summerlied.
Retrouvez Chico & The Gypsies sur la scène du festival le dimanche 19 Août.
Toutes les informations sur le festival se trouvent : ICI 

Comments

comments

Articles Similaires

Pause Interview pour Pause Kino

Monsieur Noun

Entre projets et confessions – Rencontre avec Syndrom

Monsieur Noun

“On est contents de rendre les gens contents” – Fatale interview avec les Fatals Picards !

Marie Furlan