NOYZIN
Image default
Actu Analyse

Mais sinon, on écoute quoi en Russie ?

Quand on parle de musique en Russie, on pense bien souvent à trois  choses, le mec qui chantait Trololo parce qu’il n’avait pas le droit de chanter de vraies paroles à la télévision soviétiques, les choeurs de l’armée rouge parce que ta tante est allé les voir une fois et que c’était “TROP BIEN” et au groupe Little Big qui a cartonné il y a quelques années avec ce qui pourrait presque être le nouvel hymne de la Russie : Everyday I’m Drinking. Mais la Russie, ce n’est pas que des vieilles bonnes femmes qui combattent des ours à coups de tesson de bouteilles de vodka. La Russie c’est aussi un pays qui n’a de cesse de vouloir rivaliser avec les États-Unis, y compris sur le sujet de la production musicale. S’il est fréquent que la musique Américaine se fasse une place dans les charts Russes, l’inverse n’arrive quasiment jamais. Cela n’empêche pas les Russes d’avoir une grosse sphère d’influence dans les anciens pays du bloc soviétique et donc des artistes qui vendent un paquet de disques. On vous propose de faire un tour d’horizon de ce qui, paraît-il, se fait de mieux en Russie actuellement.

Malbec est un duo de producteurs qui proposent des morceaux pop, sur lesquels ils invitent souvent des chanteuses comme ici Liza Gromova. Le clip est bourré de clichés sur la Russie, le ton est désabusé et nostalgique et on tombe même sur une statue de Lenine abandonnée dans un hangar. Ambiance.

Slot doit une grosse partie de son succès à sa chanteuse Dariya Stravovich qui est passée par la case The Voice, version Russe, il y a quelques années. Musicalement on se retrouve face à des sonorités rock-alternative. Pour vous faire une idée Slot est un peu l’équivalent de Paramore, ou de Shaka Ponk. A vous de voir si c’est un compliment…


Cream Soda c’est de la pop hyper dansante influencée par les Daft Punk ou Pharell Williams. Des lignes de basses hyper groovy, une ambiance parfois retro-disco qui prouve encore une fois que les Russes sont vraiment très nostalgiques. Vous me direz, en France, on recommence bien à porter des sacoches bananes.


Matrang a démaré sur Youtube, tout seul comme un grand. Puis soudain, l’explosion avec son morceau Meduza qui affiche 64 millions de vues. Le bonhomme signe alors sur une grosse major made in Russia qui retape le titre et le clip avec plus de budget et les ressort dans la foulée. Meduza est un morceau hypnotique qui pourrait bien rester dans vos têtes un bon moment. On regrette rien.


Husky c’est le mauvais gars du rap Russe. Le bonhomme est en place depuis un moment et est un peu un des grands patrons du rap-game dans son pays. Sans surprise, le rap russe possède quasiment les mêmes codes que le rap français, tous deux étant fortement influencés par la scène rap US.

Comments

comments

Articles Similaires

Strasbourg et ses bars-concerts

Monsieur Noun

Mike Shinoda, en attendant Post Traumatic

Monsieur Noun

Grosse fiesta pour les 20ans de Zone 51 (Selestat) !

Monsieur Noun