NOYZIN
Image default
Chroniques

Merzhin – Nomades

Merzhin avait bien annoncé la couleur avec le clip Nomades sur lequel s’invitait Kemar de No One Is Innocent. Avec ce nouvel album, le groupe apparait plus faché que jamais et ce dès le titre d’ouverture qui laisse croire à tort pendant un temps que le calme sera de la partie. Avec 20 ans dans les pattes, Mezhin parvient l’exploit de sortir un album à la jeunesse furieuse. Le titre éponyme Nomades n’hésite pas à s’attaquer au sujet sensible des migrants et des populations en mouvement. Une manière peut être pour Nerzhin de dire que la musique et le message reste toujours plus important que le nombre de ventes de disques, parce que oui, il suffit de s’égarer sur internet pour voir que le sujet ne plait pas à tous les fans. Il y a dans ce disque beaucoup d’esprit punk militant, un peu (beaucoup) de Noir Désir dans le militantisme contagieux et la voix qui le porte avec beaucoup de mélancolie et de rage. Forcément, pour l’origine Bretonne de la troupe, on entendra peut être un peu de Matmatah (Le refrain sur Substance par exemple) mais en vraiment moins hippie. Niveau instrumental, on est face à du lourd, le tout se paye en plus le luxe d’être très bien produit. Batterie, basse et guitares martèlent sans merci, laissant le plus grand du travail d’harmonisation à Ludovic Berrou armé de sa bombarbe, sa flûte ou son saxophone en fonction des titres. Et ça marche ! La recette secrète du rock breton fonctionne toujours et ici, en plus, elle porte de beaux messages. Les refrains puissants et les interludes celtiques captivent encore et encore. Merzhin s’apprête désormais à jouer les Nomades pour défendre ce 7éme opus à travers une éniéme tournée française.

Comments

comments

Articles Similaires

The Walk – Wrong Enemy

Monsieur Noun

Daidal – Album éponyme

Monsieur Noun

Scars on Broadway et la dictature de Daron Malakian

Monsieur Noun