NOYZIN
Image default
Interviews

“On parle d’amour, d’alcool et de fin du monde” – Rencontre avec Undervoid

Ce 11 octobre, le groupe strasbourgeois de rock pas content en français, Undervoid, sera en concert à l’Elastic Bar de Strasbourg pour la sortie de son EP#4 ! Constament sur la route ou en studio, le groupe a bien voulu prendre le temps de répondre à nos questions quelques jours avant sa release-party. 

Ce nouvel EP fait parti d’une série de 4 disques sorties à intervalles réguliers. Pourquoi avoir choisi de multiples formats courts plutôt que de sortir, comme le font d’autres, un album directement ? Peut on entendre une ligne conductrice entre ces 4 disques ?
Quand on s’est rencontré, on a très rapidement décidé de composer et d’enregistrer une série de 4 EP.
On savait que multiplier les compositions, les enregistrements, et l’autoproduction de ces 4 EP, le tout en organisant les tournées, allait nous obliger à tenir un très gros rythme de travail, et c’était exactement ce qu’on voulait !

Quand on y repense, on a enregistré le premier EP avec un vieux 8 pistes..
On est parti d’un deux titres il y a deux ans pour conclure aujourd’hui sur un cinq titres, il y a un lien constant autant dans le son et les morceaux que dans les visuels des pochettes , et on est très content du résultat. Et là maintenant, on travaille sur notre premier album.

Vous avez la particularité d’avoir la rage en Français. Vous êtes un peu les enfants cachés de Bertrand Cantat et de Reuno Wangermez. Vous pensez quoi de l’état du rock vénère en français ? Sachant que tout le monde se calme pour tomber dans une espèce de sauce pop (Oui, on parle de Déportivo là…) ou préfère chanter en anglais ?
Le rock français ne se porte pas si mal, on pourrait aussi citer No One, Tagada Jones, Mass Hysteria, Les Sheriffs pour les plus connus.. Et on a pas l’impression que tout ce petit monde a l’intention de se calmer..
Nous non plus d‘ailleurs, on cherche surtout une musique qui nous correspond plutôt que de correspondre à un style en particulier.

Quels seront les sujets auxquels vous allez vous attaquer dans les paroles de ce nouveau disque ?
On parle d’amour, d’alcool et de fin du monde.. Il est aussi question de consumérisme et de mécanique brisée de l’économie de marché. Le tout avec une pointe de cynisme et de sarcasme, vu l’état actuel des choses. Après, chacun sera libre de se faire sa propre interprétation…

Vous allez partir en tournée après la sortie de votre nouvel EP avec un bon paquet d’étapes et surtout, un bon paquet de kilomètres dans le tour-bus. C’est quoi votre playlist habituelle lorsque vous êtes sur la route ? 
Y’a plein de trucs, on démarre souvent avec “It’s a long way to the top“ d’ACDC parce que ça met en jambe et que ce morceau est un hymne pour tout les groupes de rock qui tapent des milliers de kilomètres entassés dans un van. Après chacun y va de sa musique et des ses goûts, ça peut passer par vraiment beaucoup de styles différents, on écoute même France Culture des fois, c’est pour dire..

Si on vous proposait d’ouvrir avec le groupe de votre choix dans le lieu de votre choix, ça serait quoi le programme ?
Puisqu’on peut en choisir qu’un, on ferait un mix entre Led Zep, Rage Against The Machine, ACDC, Lemmy et Frank Zappa en guest, en tournée mondiale dans tous les stades et les rades pourris.

Vous avez fait un paquet de dates avec Undervoid, mais est-ce que vous vous souvenez de votre premier concert ensembles ? Vous nous racontez ?
Carrément ! C’était pour la fête de la musique, on avait joué devant l’épicerie au centre ville et c’est vite devenu le gros bordel. Du coup depuis, on y retourne tous les ans et c’est à chaque fois la grosse teuf !

Et puisqu’on parle du passé : si vous pouviez croiser le gamin que vous étiez à l’époque où vous commenciez la musique, quel conseil vous auriez envie de vous donner à vous-même ?
Tu veux pas plutôt aller te chercher un vrai travail ? Parce que c’est pas avec la musique que tu vas côtiser !
Plus sérieusement, pas vraiment de conseil en particulier. Fait des rencontres, joue avec du monde et trouve tes compagnons de route.

Quelques mots pour motiver ceux qui hésiteraient à venir voir votre release party ?
C’est notre dernier concert à Strasbourg avant 2019, on a préparé une setlist toute particulière pour le coup avec quelques copains en guest, on offre des nouveaux EP aux premiers arrivés, il y aura le groupe La Consigne en première partie, des cadeaux et d’autres surprises..
Et, bien sûr, l’EP#4, tout juste sorti du carton !


Les infos sur la release sont ICI
Suivez Undervoid sur Facebook ou via leur site internet.

Comments

comments

Articles Similaires

Entre projets et confessions – Rencontre avec Syndrom

Monsieur Noun

Rencontre avec Nicolas Quirin

Monsieur Noun

Jeunesse et musique celtique : entretien avec le groupe Odrylane

Monsieur Noun