NOYZIN
Image default
Interviews

Premier contact pour Romor

Vous l’aviez peut être vu et entendu à la guitare dans de nombreux projets musicaux basés en Alsace. Rom, ou plutôt Romor s’apprête à sortir ce jeudi 6 septembre son premier disque 2 titres au Mudd Club de Strasbourg. Habitué de la scène, c’est pourtant la première fois qu’il montera sur les planches pour présenter ses morceaux, ses textes et surtout sa voix. A la veille de son premier concert, nous vous invitons à découvrir sa toute première interview. 

Tu as déjà été guitariste dans de nombreux projets musicaux depuis 10 ans, mais c’est la première fois que tu te retrouve au chant, Comment s’est passé ce passage vers le rôle de chanteur, est-ce que c’est quelque chose que tu as appréhendé ou au contraire que tu avais hâte de présenter au public ?

J’ai toujours aimé chanter autant que de faire de la guitare mais j’ai simplement moins exploité ce domaine. Les raisons sont que j’ai souvent été dans des groupes ou il y avait deja un chanteur et un leader. J’agissais souvent en backing vocal ,mais trop souvent avec ce sentiment de frustration de vouloir plus exploiter ma voix et les textes J’ai vraiment hâte de présenter ma voix et mon style au public car je n’ai jamais vraiment douté de celle-ci ,mes seules appréhensions pourraient être le fait de se retrouver à nu face au public en tant que leader. Mais à la guerre comme à la guerre !

Ces derniers temps, on t’a beaucoup vu sur scène avec le projet de ta sœur, Claire Faravarjoo. Il y a des similitudes entre vos deux aventures: vous avez le même label, le même réalisateur pour le clip et c’est également Benjamin Roos, qui officie à la batterie dans le projet de ta sœur, qui signe la pochette de ton disque. C’était important pour toi, pour le lancement de ton projet de compter sur une équipe que tu connais déjà ?

Normal, 25 ans sous le meme toit. Il est en effet important pour moi d’avancer avec les gens qui m’inspirent respect et confiance que ce soit dans l’entourage proche ou au sein même du groupe. Cela me permet d’avancer sereinement sur mon projet et mes décisions. Sisi la famille ! La pomme ne tombe jamais très loin de l’arbre. J’accorde beaucoup d’importance aux relations humaines, à l’amour, au partage.

Tu es un grand passionné de guitare et de son vintage. On aurait pus s’attendre à te voir chanter en anglais pour suivre, par exemple, les pas de Hendrix. Quelles sont tes influences pour la guitare, qui joue un rôle important dans ton projet, et quelle sont tes influences pour l’écriture de textes en français ?

Hendrix est en effet mon mentor et la personne qui m’a conduit vers ce que je suis aujourd’hui. Il en est arrivé là car il a tout simplement montré au public ce qu’il avait sur le coeur. Il en est de même pour moi, et c’est pour cela que j’écris en français, c’est la manière la plus profonde et sincère que j’ai d’exprimer ma musique au public.
Mes influences : Hendrix, M, Jacques Higelin, Gainsbourg, Rival Sons, La Femme, Ange, Trust, et bien d’autres encore…

Tu joue sur scène avec des potes à toi, Kevin Ettel et Paul François Dollinger. Est-ce que tu peux nous dire quels sont leurs disques favoris à tous deux ? Et toi, c’est quoi ton album culte ?

Pour Paul François, je sais qu’il est un grand Fan de Muse et de Vulfpeck, je dirai Black Holes and Revelations de Muse et certainement Thrill of the Art de Vulfpeck, la puissance et le groove. Pour Kevin, le premier album éponyme de Queens of the Stone Age et le bassiste John Paul Jones, la subtilité et le gros son. Jimi Hendrix avec Band Of Gypsys et l’album éponyme de Supertramp, leur premier, pour ma part.

Tu sors un premier CD 2 titres au Mudd Club de Strasbourg le 6 septembre, Je me trompe si je dis qu’il y a déjà un projet d’album en réflexion pour la suite de l’aventure ?

Suspens…

D’ailleurs, ce premier CD 2 titres, tu peux nous en parler un peu ? On connaît déjà Taxi Tango, ton premier titre, tu peux nous teaser un peu le 2eme titre qu’on découvrira ?

Taxi Tango c’est toute la folie que je voulais montrer au public pour ce premier titre, c’est d’ailleurs le premier que j’ai composé il y fort longtemps déjà. Psyché, funk et folie. Pour l’EP, il me tenait à coeur de montrer les deux univers principaux qui habitent RomoR. Pop, funk, rock’n Roll ! Le deuxième titre s’intitule J’ai Mal, un morceau plus intime dans lequel on peut retrouver un côté plus écorché de RomoR.

En trois mots, motive les lecteurs de Noyzin à venir te découvrir en concert ce 6 septembre !

Amour, sincérité, Rock’N’Roll !

Suivez Romor : 
Facebook / Infos Release Party 

Comments

comments

Articles Similaires

“Passer un cran au-dessus” rencontre avec Aleska

Monsieur Noun

AFAR – Une tournée, un disque, Katy Perry – Ils nous racontent tout !

Monsieur Noun

Jeunesse et musique celtique : entretien avec le groupe Odrylane

Monsieur Noun